22 juillet 2014, par Gabriel Levy - Catégorie : L'actu commentée

EN FRANCE, ON PEUT DE NOUVEAU CRIER « MORT AUX JUIFS »

Le gouvernement a-t-il eu raison d’interdire les manifestations pro-palestiniennes ? Objectivement, on peut croire que les autoriser, comme cela sera le cas, c’est permettre les cris de « Mort au Juifs » qui ne manqueront pas de fuser. Bon ! Les juifs savent que « lorsqu’on oublie le passé, on finit toujours par le revivre ». Soyons factuels. Ces manifestations ont donné lieu à deux ordres de faits condamnables : 1°) les déprédations par des « hordes acharnées », 2°) les cris de « Mort aux Juifs ». Pour les déprédations, le président socialiste de l’assemblée nationale a eu les mots les plus durs pour qualifier leurs auteurs, plus que la justice, particulièrement clémente en la circonstance. Pour les cris de haine à l’égard de la population juive, là encore les ministres de gauche ont été plus déterminés que les personnalités de droite, sauf le maire UMP de Nice, M. Estrosi, qui a analysé les faits et parfaitement mesuré leur portée. Si les déprédations commises par des émeutiers sont la règle, habituellement tolérée ou peu sanctionnée par tous les gouvernements depuis 50 ans, les appels au meurtre d’une catégorie de la population sont récents et plus inquiétants pour la santé du pays. Selon M. Le Maire, candidat à la présidence de l’UMP puis de la République, « la liberté de manifester est un principe constitutionnel (auquel) il ne fallait pas y toucher ». Mais il devrait savoir que la constitution garantit aussi la sécurité et la dignité des citoyens. « Mort aux juifs », ce n’est pas une insulte, c’est une menace. M. Jégo, candidat à la présidence de l’UDI, a été l’un des premiers à se montrer partisan d’ouvrir la rue aux défilés, certes, en les encadrant. Mais comment a-t-il prévu de faire taire ces slogans, non pas insultants, mais menaçants ? Et tous, députés de droite comme de gauche, commentateurs de la presse (de droite comme de gauche) s’empressent d’analyser le conflit israélo-palestinien, de proposer la bonne voie aux belligérants, de conseiller un « retour proactif de la France au Proche et Moyen Orient » (M. Jacques Myard, député UMP), sans insister sur la dimension nationale, simplement nationale, de telles manifestations. Que le conflit Israélo Palestinien soit important, nul ne le conteste, mais ni ce conflit, ni évidemment les juifs de France ne sont la cause des guerres civiles qui sévissent dans le monde, en Syrie, Irak, Lybie, Nigéria, Sahel, Mali, Centre Afrique, et qui ne font jamais l’objet de la moindre manifestation de soutien en France. La France vient de s’apercevoir qu’il existe une fraction de sa population ostensiblement anti-juive. Cela mérite une analyse sérieuse.

Lire la suite … → EN FRANCE, ON PEUT DE NOUVEAU CRIER « MORT AUX JUIFS »

21 juillet 2014, par Gabriel Levy - Catégorie : L'actu commentée

« SYLLOGISMES DE L’AMERTUME »

Le philosophe roumain, Emile Michel Cioran, titrait ainsi un recueil d’aphorismes sceptiques. Parmi ces derniers, l’un d’eux nous parait pertinent, dès lors qu’il est devenu impossible de nier l’existence d’un choc des civilisations : « Quelle tristesse de voir de grandes nations mendier un supplément d’avenir ». Quelle tristesse les titres de l’édition du quotidien La Provence parus ce dimanche du 20 juillet 2014 : « Journée sanglante à Gaza, Israël et Hamas dos à dos », « A Paris, la manif pro-Gaza tourne à l’affrontement », « Syrie. Massacre des djihadistes sur un champ gazier », « Irak : les chrétiens fuient Mossoul », « Hollande installe la nouvelle force anti-terroriste au Sahel ». Tous dans la même édition. Dans celle du week-end, le Figaro publie une chronique de Natacha Polony, intitulée « Mort aux juifs, ou la banalité de la haine à Paris » ( le titre fait probablement allusion à l’œuvre de Hanah Arendt : « la banalité du mal »), dans laquelle elle rappelait l’existence d’un rapport en 2004, celui de M. Obin, inspecteur de l’éducation nationale, annonciateur de ce déferlement de haine, et que le ministère refusait de publier estimant « qu’il n’avait pas de valeur scientifique car il ne parlait que de quelques établissements scolaires ». Un peu incohérent cependant, le Figaro interroge ses lecteurs « doit-on interdire les manifestations pro-palestinienne ? ». L’évidence n’a pas échappé à plus de 60 % de ses lecteurs. Le contraire serait permettre le hurlement de « mort aux juifs », car comment appliquer la loi pour sanctionner les auteurs de ces cris ? La désinformation par les médias, la « reddition préventive » des gouvernements est une constante depuis de nombreuses années. Ceux de gauche couvent leur électorat ; ceux de droite ont depuis de Gaulle les yeux de Chimène pour les pays musulmans. Parfois, parfois seulement, un constat, celui de Natacha Polony, « lancer l’alerte, c’était déjà se voir soupçonné de stigmatiser des populations à qui l’on devait, par culpabilité, une déférence extrême » Parfois, parfois seulement, une mise en garde, celle d’Ivan Rioufol : « Pour dire les choses plus clairement: la France pourrait être confrontée, à son tour, aux épreuves de force qu’impose le Hamas à Israël. Le salafisme qui s’étend dans des banlieues délaissées rend envisageable de semblables intifadas. Des répétitions y ont déjà eu lieu. Lire la charte du Hamas fait mesurer le caractère totalitaire, obsessionnellement antijuif et antichrétien, de cette filiale des Frères musulmans. Il y est écrit qu’il faut détruire Israël, tuer les Juifs, faire le djihad contre qui n’est pas musulman ». Aveuglement, stupidité, égoïsme, et certainement couardise obsessionnelle, lâcheté, haine recuite. Il n’y a pas lieu de choisir !

Lire la suite … → « SYLLOGISMES DE L’AMERTUME »

13 juillet 2014, par Ligne Droite - Catégorie : L'actu commentée

Les cent jours par Pierre Laroche (Ligne Droite)

François Hollande n’est pas Napoléon. Il n’est pas homme à ouvrir sa redingote en offrant sa poitrine devant ses opposants pour les rallier. Après la Bérézina des élections municipales, c’est donc par Manuel Valls interposé qu’il a entrepris son retour. Va-t-il réussir à le faire ?  C’est loin d’être certain. Les cent jours que ce dernier vient de passer à Matignon rappellent la tentative de reprise en main de l’Empire après le séjour à l’île d’Elbe. Bien sûr ce n’est pas encore Waterloo. Mais les généraux de son armée syndicaliste commencent à le lâcher. Malgré les efforts accomplis, au mépris de toute justice sociale, pour protéger les bataillons de l’éducation nationale, seul budget en augmentation substantielle afin que ceux qui votent « bien » lui restent fidèles, les sondages restent obstinément bas et les indicateurs économiques, mois après mois, trimestre après trimestre, sont catastrophiques.

Manuel Valls s’est pourtant démené

Lire la suite … → Les cent jours par Pierre Laroche (Ligne Droite)

7 juillet 2014, par Gabriel Levy - Catégorie : L'actu commentée

AU DIABLE VAUVERT

Il n’est pas certain que M. Valls ait été bien inspiré en fêtant ses 100 jours de premier ministre dans cette ville de Vauvert. En effet, avant d’exprimer une distance lointaine, celle qui, en la circonstance, sépare les bonnes intentions des réalisations, l’expression signifiait au XV° siècle « faire le diable de Vauvert », soit « s’agiter comme un beau diable ». C’est bien ce que fait notre premier ministre socialiste. Toutefois s’agissant de réformer le pays, aucun contribuable ne songerait à lui reprocher des

Lire la suite … → AU DIABLE VAUVERT